Skip links

Vincent Lacoste [Célèbre et autodidacte]

Le temps où Vincent Lacoste campait Hervé dans « Les Beaux Gosses » en 2009 est bien révolu. Il en a gardé pour ses autres incarnations une sensibilité désarmante qui est devenue sa marque de fabrique. Le jeune acteur n’a pas fini de nous étonner. Retour sur la carrière de ce prodige qui compte déjà plus d’une vingtaine de films au compteur.

« On m’as distribué un tract pour un casting pendant que j’étais à la cantine de mon collège. Je l’ai jeté. Puis, j’y suis finalement allé et je ne me suis jamais vraiment arrêté depuis ». 

Quand on écoute Vincent Lacoste présenter ainsi son premier contact avec le cinéma ; cela parait simple d’y faire carrière. Mais derrière cette apparente désinvolture se cache un grand travailleur 

La tête sur les épaules, Vincent Lacoste décide de passer son Bac avant de se lancer pour de bon dans une carrière d’acteur. Il avait pourtant été récompensé comme meilleur espoir masculin aux Césars pour son premier rôle. Alors que cela aurait fait tourner la tête à plus d’un, le jeune homme s’impose et se construit petit à petit. D’un rôle à l’autre, son répertoire s’enrichit

Les œuvres marquantes de sa filmographie

Les Beaux Gosses (2009)

Vincent Lacoste [Célèbre et autodidacte]
Crédit photo : Pathé Distribution

 L’auteur de BD et réalisateur Riad Sattouf décide de l’engager, force est de constater qu’il a fait le bon choix. Et cela même si l’adolescent se luxe le genou 3 semaines avant le tournage. 

Hippocrate (2014) 

Vincent Lacoste [Célèbre et autodidacte]
Crédit photo : Le Pacte

Premier rôle dramatique. Une incursion dans le domaine médical à travers le rôle d’un médecin inexpérimenté en proie au doute. Le réalisateur Thomas Lilti, médecin lui-même, livre une vision juste des milieux hospitaliers sans pathos. Le jeu de Vincent Lacoste gagne en profondeur. 

Jacky au Royaume des Filles (2014)

Vincent Lacoste [Célèbre et autodidacte]
Crédit photo : Pandastorm Pictures GmbH

Retour auprès du réalisateur Riad Sattouf dans un registre satirique grinçant qui met les femmes au pouvoir. Vincent Lacoste donne de sa personne dans ce « Cendrillon inversé ». Le film est froidement reçu par le public mais reste une belle expérience pour le jeune acteur. 

Victoria (2016)

Vincent Lacoste [Célèbre et autodidacte]
Crédit photo : Ecce Films

 Avec ce film de Justine Triet, Vincent Lacoste goûte le registre de la comédie romantique avec brio. Même si le rôle qu’il incarne reste celui d’un doux paumé, l’alchimie sensuelle s’opérant avec Virginie Efira est brillante et dévoile une nouvelle facette plus intimiste de l’acteur. Une récompense de meilleur second rôle lui sera d’ailleurs décerné pour sa justesse.  

 1ère année (2018)

Vincent Lacoste [Célèbre et autodidacte]
Crédit photo : Denis Manin

 Seconde incursion dans le monde médical toujours aux côtés du réalisateur Thomas Lilti. Ici, Vincent Lacoste donne vie à Antoine qui triple sa première année de médecine. L’acteur développe son jeu d’âme brouillonne et fragile, de looser magnifique.  

Amanda (2018)

Vincent Lacoste [Célèbre et autodidacte]
Crédit photo : Nord-Ouest Films

Un rôle tout en finesse qui lui a valu le César du meilleur acteur. Ce drame familial réalisé en 2018 par Mikhaël Hers fait écho aux attentats ayant ébranlés la France en 2015. Vincent Lacoste y incarne David, un jeune homme se retrouvant en charge de sa nièce de 7 ans suite au décès de sa mère et unique parente. 

Tout en retenu, ce film met en lumière une belle complicité entre Vincent Lacoste et la prometteuse Isaure Multrier 

Durant cette période où nous devons nous passer de sorties cinématographiques, la filmographie de ce jeune autodidacte peut sans doute vous inspirer pour des belles soirées ciné.

Jolie épingle Pinterest 😉

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à nous laisser une commentaire !

Vous avez aimé cet article ? Laissez un commentaire pour prolonger la discussion :)