Skip links

Le syndrome de l’imposteur : Pouvons-nous vraiment l’éradiquer ?

Vendredi dernier, c’était le Morning Motivation avec Ludivine Casilli. Ludivine est thérapeute psycho-émotionnelle et hypnothérapeute. Avec elle, nous avons parlé du syndrome de l’imposteur, de ses origines à la façon de le gérer au mieux. Voilà ce qui est ressorti de ce bel échange.

Ludivine Casilli par le studio Cabrelli

Revenons d’abord sur la définition du syndrome de l’imposteur. Cette émotion se caractérise par l’impression de ne pas mériter sa place. Cela peut potentiellement engendrer la peur d’être percé.e à jour et de tout perdre. Malheureusement, le syndrome de l’imposteur peut aussi empêcher de se lancer dans un projet par crainte de l’échec. Cela arrive lorsque le manque de confiance en soi pousse à croire que l’objectif fixé est inatteignable  

Même Superman a peur de la Kryptonite !

La bonne nouvelle est que vous n’êtes pas seul.e à ressentir cela, loin de là. Ludivine explique que nous avons plus ou moins tous connu cela, dans différents domaines de notre vie. La moins bonne nouvelle est qu’il est difficile de l’éradiquer complètement. En effet, ce sentiment est avant tout créé par notre cerveau pour nous protéger d’un potentiel danger. Il s’agit donc d’un réflexe vital. 

Souvent, le syndrome de l’imposteur va de pair avec le perfectionnisme. Si on vise un résultat exceptionnel, l’objectif peut sembler inaccessible. Il est donc courant d’être paralysé.e par la peur d’échouer. Assurément, tant qu’on n‘essaie pas, on n’échoue pas. Pourtant, quelle est la meilleure façon d’échouer ? Bien entendu, c’est de ne pas essayer. 

Alors comment faire pour vivre avec cette petite voix qui nous chuchote que l’on n’est pas capable ou qu’on ne mérite pas ce qui nous arrive ?

Ludivine conseille avant tout de s’écouter et de comprendre de quoi on aurait concrètement besoin pour avancer dans notre projet. Est-ce qu’il vous manque une formation ? Des conseils ? Des encouragements ? D’être encadré.e ?

Il est vrai que si vous êtes perfectionniste, il est courant de croire que vous n’êtes jamais assez formé.e. Dans ce cas, prendre du recul à l’aide d’un.e proche pourrait vous aider. Listez tout ce que vous avez déjà étudié ou accompli dans le sens de votre objectif. Surtout, essayez de vous rappeler que le plus important et le plus intéressant dans la construction d’un projet est le chemin et pas l’arrivée.  

Passons aux exercices pratiques

Afin de vous aider, nous vous proposons un exercice de Ludivine Casilli qui vous aidera à vous poser les bonnes questions. Installez-vous dans un endroit calme, détendez-vous, respirez profondément. C’est parti. 

Pour garder confiance en vous malgré les peurs, apprenez à développer votre authenticité. Pour cela, essayez de répondre à ces questions.  

Qui êtes-vous ? 

Qu’est-ce que vous aimez chez vous 

Qu’est-ce qui vous rend fièr.e de vous ? 

Votre vie rêvée dans 2-3-4-5 ans ! 

Quelles sont vos forces ? Vos ressources ? 

Quelles sont vos valeurs ? 

Pensez à quelque chose que vous avez envie de faire, mais qui vous fait peur. 

De quoi avez-vous peur au fond ? 

Est-ce que ces peurs sont réelles ? 

Est-ce qu’elles vous appartiennent ? 

Et si vous vous détachiez de l’approbation des autres, la peur serait-elle toujours là ?

syndrome de l'imposteur

Nous espérons que cela vous aidera à cheminer vers de nouveaux projets. N’oubliez pas que nous passons tous et toutes par là. Avec le temps, en l’acceptant et en rassurant la partie de vous qui a peur, vous pourrez avancer plus sereinement. 

Passez un joli mois d’août, vous méritez le meilleur ! 

Et vous comment gérez vous votre syndrome de l’imposteur ? Hâte de vous lire 🙂

Vous avez aimé cet article ? Laissez un commentaire pour prolonger la discussion :)